Une petite fille

           En 1955, simon Hantaï expose à la galerie Kléber Alice in Wonderland. Le carton d'invitation est accompagné de ce texte :

          [...] De sa petite main rose, elle préservait du vent une lampe allumée et allait frapper à la porte verte de la maison, lorsqu'une chatte maigre qui en sortaits'embarrassa dans ses jambes et la fit tomber. "Tiens ! ce n'est qu'un chat !" dit la petite fille en se relevant. "Un chat, c'est quelque chose !" répondit une voix douce. J'étais présent à cette scène, et je portais sur mon bras un petit chat gris qui se mit à miauler. "C'est l'enfant de cette vieille fée !" dit la petite fille. Et elle entra dans la maison. [...]

          Gérard de Nerval, Aurélia, IIe partie.

          On peut se souvenir de cette anecdote, trouvée je ne sais plus où, qui rapporte qu'Hantaï invite sa fille qui rentre de l'école à traverser son atelier en marchant sur une toile déroulée au sol.

           Mais on peut aussi songer à ce jeu des surfaces qu'est le roman de Lewis Carrol où le plus profond c'est la peau et sa réversibilité. Ensuite, on voit d'un autre regard les somptueuses toiles pliées, Mariales, Panses, Meuns, Tabulas, que montre l'exposition actuelle au Centre Georges Pompidou.

Ajouter un commentaire