"Entre chien et loup jetés"

           À voir absolument, un film  : Au bord du monde, de Claus Drexel.

           Beaucoup plus qu'un documentaire sur les sans-abri de Paris. "Je voulais leur donner la parole, tout simplement", dit C. Drexel.

          Il a su le faire, il a su écouter et faire écouter cette parole à laquelle la beauté des images (Sylvain Leser) de Paris nocturne - de l'or liquide - crée un écrin somptueux et mortifère. Cette munificence est aussi la couleur de la couverture du survie enroulée autour de Christine, une femme assise contre la grille du Jardin des plantes, sous la neige. Elle attend, une attente sans objet. La caméra est posée - plans fixes - , à la rencontre des gens, attentive, elle regarde, elle les regarde. Ils parlent.

          [...] ainsi vont-ils, n'ayant pas su grandir - dérisoires, leurs battues hasardeuses dans les territoires du dehors ? c'est qu'ils vont pour s'arracher du monde qui vacille dès les premières heures, là-bas volent dans leur sommeil au-dessus des toits, sur le vert éteint des haies, par les limites irrégulières entre les pâtures gelées, traversent les champs du ciel jusqu'aux branches nues, leur rage jamais consumée, il faut bien poser les pieds quelque part sous peine de, hâtivement défaire ses paquets au bord des maïs coupés, quand d'autres remuent leur soupe derrière les vitres, sous une lampe basse, que le brouillard escamote derrière les dernières maisons

         Marie-Laure Zoss, Entre chien et loup jetés, Cheyne Éditeur, 2008, p.21 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajouter un commentaire