Bérénice

           Comment n'ai-je pas vu plus tôt que dans les poèmes de Réserves, où étaient apparus des vers de Bérénice, était aussi depuis toujours la figure de la Gradiva de Jensen s'évanouissant dans la lumière solaire comme la princesse éloignée dans l'Orient désert ?

Bérénice 12

      

plusieurs empreintes successives

 oublier ma mémoire

 

aucun trait n'appartient

aucune étreinte

à la merci d'une foule inconnue

 

disparue

par inadvertance

les reliefs devenus blancheur

 

je cherchais en pleurant la trace

de vos pas

[...]

 

une nuit

ne

 

devient jamais

pâle

s'efface

 

résidus d'ombre

dans les creux

 

se sépare

du jour

 

ne suivez point mes pas

 

 « […] et retroussant légèrement sa robe de la main gauche, Gradiva-Rediviva-Zoé Bertgang, de sa démarche souple et tranquille, en plein soleil, sur les dalles, passa de l'autre côté de la rue. » 
 Gradiva, Jensen, trad. E. Zak et G. Sadoul, Gallimard, coll. Idées, 1973
Voir d'autres extraits de l'ouvrage Épreuves.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ajouter un commentaire