Une allumette

          L'écrivain espagnol Javier Marias fait cette remarque : "Faulkner s'interrogeait sur le pouvoir de la littérature. Et il disait à peu près ceci : Écrire, c'est comme craquer une allumette au milieu de la nuit, en plein milieu d'un bois. Ce que vous comprenez alors, c'est combien il y a d'obscurité partout. La littérature ne sert pas à mieux voir. Elle sert seulement à mieux mesurer l'épaisseur de l'ombre."

          Propos cité dans Le Monde des Livres, vendredi 4 octobre 2013.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajouter un commentaire