Écorce

          Dans son merveilleux ouvrage, Traduire comme transhumer, Mireille Gansel rapporte cet extrait d'une lettre de Paul Celan à Nelly Sachs :

           "Je t'envoie ici quelque chose qui aide contre les petits doutes qui parfois nous assaillent ; c'est un morceau d'écorce de platane. On le prend entre le pouce et l'index, le tient bien fort en pensant à quelque chose de bon. Mais - je ne peux te le taire - des poèmes et surtout les tiens, sont d'encore meilleures écorces de platane."

          Mireille Gansel a traduit en français la correspondance entre Paul Celan et Nelly Sachs. "Ce petit morceau d'écorce de platane est pour [elle] un peu l'image de cette écriture dans leurs lettres. Soudain si concise, ramassée, dense. Tracées dans l'urgence et l'intensité, des phrases au souffle coupé."

          Elle ajoute : "La traduction, dès lors comme prise de risque syntaxique et sémantique pour rendre l'urgence et l'intensité de ces langages de l'extrême entre deux êtres."

Le livre de Mirelle Gansel est paru aux éditions Calligrammes, une maison à découvrir sans attendre.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajouter un commentaire